By:
Published: mars 25, 2014, Updated:

Aspergillus ochraceus

En tant que membre du genre Aspergillus (qui regroupe environ 200 espèces de champignons dans le monde), Aspergillus Ochraceus est une espèce de moisissure que l’on rencontre le plus souvent dans la terre, sur le grains ainsi que sur les aliments secs. Ce type de moisissure produit une mycotoxine, l’ochratoxine A (OTA) qui est assez puissante et qui peut provoquer de graves lésions rénales.

Etant donné que ses spores peuvent facilement entrer en suspension dans l’air, une colonie d’Aspergillus Ochraceus peut facilement se développer sur à peu près n’importe quelle surface, particulièrement dans les environnements moites et humides, tels que la terre, les réservoirs d’eau, les matériaux ignifugés, la literie, les coussins et oreillers, les conduits de ventilation, ainsi que de nombreux autres composants de systèmes de CVAC.

Intéressons-nous donc un peu plus en détail à cette moisissure: où peut-on la trouver? Quels dégâts peut-elle causer? Comment nous en protéger?

Où prolifère la moisissure Aspergillus Ochraceus?

Bien que la terre soit considérée comme étant son habitat originel, avec le temps, cette moisissure a été capable de muter pour se développer dans une large variété d’environnements, particulièrement lorsqu’ils sont humide. On la retrouve ainsi fréquemment sur la nourriture sèche, notamment les viandes séchées, les poissons et de nombreuses espèces de haricots, noix et graines.

Pour se développer, une colonie d’A. Ochraceus a besoin de températures comprises entre 8 et 37°C, la tranche optimale se situant entre 24 et 31°C. Elles sont besoin d’un apport en humidité conséquent, avec une activité d’eau idéale située entre 0,95 et 0,99 [1].

Le besoin d’humidité est une constante de nombreux types de moisissures, particulièrement celles que nous retrouvons le plus dans nos environnements intérieurs. Des endroits tels que les sous-sols, entretoits, systèmes de ventilation, conduits d’aération, étagères de stockages, salles de bains et buanderies sont donc les plus à risque de voir de la moisissure se développer.

Aspergillus Ochraceus et le cannabis

Comme de nombreuses familles de moisissures, A. Ochraceus se développe sur de nombreux végétaux, notamment le maïs, le riz ou encore de nombreuses autres familles de fruits et de noix.

Les plants de cannabis sont eux aussi affectés. La présence de la moisissure sur ce végétal peut devenir problématique. Des études, en effet, établissent un lien entre la consommation de marijuana et le développement de l’aspergillose pulmonaire [2,3,4,5].

Consommer la marijuana à l’aide d’un vaporisateur, plutôt que de la fumer, peut augmenter les risques d’infections. Une température de consommation plus basse, en effet, va permettre aux spores fongiques de survivre.

Quelles sont les espèces connues d’Aspergillus Ochraceus?

A. Ochraceus a été décrite pour la première fois par Karl Adolf Wilhelm en 1877. Par la suite, plusieurs autres espèces similaires ont été ajoutée au “groupe Aspergillus Ochraceus”, notamment A. Alutaceus (1875), A. Ochraceus var. Microspora (1908) et A. Ochraceus var. Petaliformis (1957).

En 1979, deux nouvelles espèces furent ajoutées au groupe, Aspergillus Bridgeri, découverte dans les sols du Wyoming et Aspergillus Campestris, découverte dans le Dakota du Nord.

Aspergillus Ochraceus et votre santé

Les spores d’A. Ochraceus sont considérés comme étant des allergènes et des irritants, qui provoquent notamment la pneumopathie d’hypersensibilité et des dermatites. A. Ochraceus est aussi connue pour produire plusieurs mycotoxines, notamment des ochratoxines, de l’acide pénicillique, des xanthomegnines, des viomellines [1]. Parmi ces substances, l’ochratoxine A est un carcinogène reconnu qui peut provoquer de nombreuses lésions rénales.

Les types de maladies provoquées par A. Ochraceus varient en sévérité, allant de réactions similaires aux allergies jusqu’à des infections à l’issue potentiellement fatale [8]. À ce propos, l’aspergillose est un terme collectif utilisé pour désigner un groupe de maladies liées aux moisissures du genre Aspergillus. Les symptômes de l’aspergillose incluent de la fièvre, de la toux, des douleurs à la poitrines et des difficultés respiratoires.

Ces signes étant communs à de nombreuses autres maladies, il est difficile de diagnostiquer l’aspergillose sans l’aide d’un spécialiste. La sévérité de la maladie, par ailleurs, va être déterminée par de nombreux facteurs, notamment l’état du système immunitaire de la personne contaminée. La plupart d’entre nous, en effet, inhale des centaines de spores quotidiennement. L’aspergillose, toutefois, n’affectera quasiment jamais des patients en bonne santé, vivant dans des conditions normales. Si les concentrations de spores que vous inhalez viennent à augmenter, toutefois, vous pouvez alors être dans une situation à risque.

A. Ochraceus est très courante en intérieur, particulièrement en automne et en hiver. Il est donc important pour vous de ne pas attendre pour faire tester votre maison.

Quelles allergies peuvent-elles êtres provoquées par Aspergillus Ochraceus?

Comme tous les champignons, cette moisissure se reproduit en relâchant des spores qui se dispersent dans les airs pour se déposer sur les endroits qui leur seront favorables, avant de se développer en nouvelles colonies de moisissure.

Lorsque nous respirons ces spores, les problèmes sur notre santé peuvent alors commencer. Les gens sensibles aux spores fongiques peuvent alors faire face à des réactions allergiques.

Les symptômes d’une réaction allergique incluent notamment:

  • Des démangeaisons cutanées
  • Des difficultés respiratoires
  • De la toux
  • Des démangeaisons oculaires
  • Un nez qui coule

Les enfants et les personnes âgées sont particulièrement à risque, ainsi que les patients souffrant de problèmes pulmonaires tels que l’asthme, la mucoviscidose ou la tuberculose.

Quels sont les problèmes de santé liés à Aspergillus Ochraceus?

Inhaler les spores de cette moisissure, particulièrement lorsqu’il s’agit de fortes quantités, peut s’avérer extrêmement dangereux pour votre santé. Dans les pires cas, une inhalation excessive de ces spores peut provoquer des lésions permanentes, avec, dans certains cas, une issue fatale.

Par ailleurs, un lien a été établi entre les spores d’Aspergillus Ochraceus et le développement de l’asthme chez les enfants en bas âge [9]. L’aspergillose bronchopulmonaire, une maladie provoquée par le développement de spores fongiques dans le système pulmonaire d’une personne contaminée, peut, dans les cas les plus extrêmes, être mortelle. Toutefois, les personnes fortement immunodéprimées sont les seules à être en situation de risque.

En plus de ces maladies pulmonaires, des cas de sinusites paranasales ont aussi été attribuées à l’inhalation de spores d’A. Ochraceus [8].

De plus, A. Ochraceus produit une mycotoxine connue sous le nom d’ochratoxine A, qui peut provoquer des problèmes graves, et mettre potentiellement en danger votre santé si elle est inhalée ou ingérée. A. Ochraceus a été reconnue comme une source significative d’ochratoxine A; notamment sur le café [10]. L’ochratoxine A est un composant neurotoxique, cancérogène, aux effets immunosuppresseurs. Elle peut être à l’origine de tumeurs rénales, ainsi que de nombreuses autres maladies affectant les reins [6].

Traiter et prévenir l’apparition d’Aspergillus Ochraceus.

Concernant les menaces que fait peser A. Ochraceus sur les cultures agricoles, il existe de nombreux fongicides qui sont efficaces, notamment l’oxychlorure de cuivre, le soufre et le mancozèbe. Il s’agit cependant de substances dangereuses, leur utilisation exige donc des précautions et une formation adéquates.

Si vous cherchez à décontaminer votre maison et à éliminer cette moisissure, il est donc fortement recommandé de faire appel à des professionnels.

Il existe en effet un risque d’inhaler des spores dangereuses, en fortes quantités au moment où vous allez tenter d’éliminer la moisissure, quelle que soit la méthode que vous avez choisie.

Par ailleurs, vous ne pourrez pas être sûr d’avoir détecté et éliminé toutes les colonies de moisissures qui se seraient développées chez vous. Vous resterez donc en situation de risque. La moisissure, en effet, peut être particulièrement persistante et faire rapidement son retour alors qu’elle semblait être totalement éradiquée. Très souvent, la source de la moisissure n’est pas évidente aux premiers abords. Se contenter d’éliminer les traces visibles de moisissure ne vous permettra pas d’éviter sa réapparition. Les spores, en effet, sont omniprésents dans l’air qui nous entoure, et pourront donc se développer partout où les conditions leur seront favorables.

En faisant appel aux professionnels de Mold Busters, vous aurez l’assurance d’éliminer toute les moisissures de votre maison, quel que soit l’endroit où elle se développe.

Nous mènerons ce travail de manière sécuritaire et efficace, tout en pouvant vous fournir de précieux conseils sur les pratiques à suivre pour vous assurer que la moisissure ne se réinstalle pas dans votre maison.

Il est toujours plus facile de prévenir un problème de moisissure que de le traiter. Faire inspecter et tester votre maison de manière proactive et détaillée, même si vous ne savez pas avec précision si vous avez affaire à de la moisissure, est donc fortement conseillé.

Pour vous assurer de vivre dans une maison saine, sans moisissures, contactez dès maintenant les professionnels Mold Busters pour une inspection.

Sources

  1. Pitt JI, Hocking AD (2009). Aspergillus and Related Teleomorphs. In: Fungi and Food Spoilage. Springer, Boston, MA, pp 470-471
  2. Remington TL, Fuller J, Chiu I (2015). Chronic necrotizing pulmonary aspergillosis in a patient with diabetes and marijuana use. CMAJ. 187(17):1305-8.
  3. Kurup VP, Resnick A, Kagen SL, et al (1983). Allergenic fungi and actinomycetes in smoking materials and their health implications. Mycopathologia 82:61–4.
  4. Vaschetto R, Kroumova V, Olivieri C, et al (2012). Early diagnosis of invasive pulmonary aspergillosis in a young immunocompetent patient. New Microbiol 35:77–82.
  5. Bal A, Agarwal AN, Das A, et al (2010). Chronic necrotising pulmonary aspergillosis in a marijuana addict: a new cause of amyloidosis. Pathology 42:197–200.
  6. Bui-Klimke TR, Wu F (2015). Ochratoxin A and human health risk: a review of the evidence. Crit Rev Food Sci Nutr. 55(13):1860-9.
  7. Palma N, Cinelli S, Sapora O, Wilson SH, Dogliotti E (2007). Ochratoxin A-induced mutagenesis in mammalian cells is consistent with the production of oxidative stress. Chem Res Toxicol. 20(7):1031-7.
  8. Howard DH (2003). Pathogenic Fungi in Humans and Animals. Marcel Dekker, New York. pp 294-295.
  9. Reponen T, Lockey J, Bernstein DI, et al (2012). Infant origins of childhood asthma associated with specific molds. J Allergy Clin Immunol. 130(3):639-644.e5.
  10. Taniwaki MH, Pitt JI, Teixeira AA, Iamanaka BT (2003). The source of ochratoxin A in Brazilian coffee and its formation in relation to processing methods. Int J Food Microbiol. 82: 173–179.

Vous êtes à la recherche d’un jeu de données ou d’un algorithme d’apprentissage automatique (machine learning) pour former votre intelligence artificielle (IA)?

Mold Busters a créé une librairie en code source libre d’images par microscopie de milliers d’espèces, genre et types de moisissures que nous utilisons pour former notre algorithme d’apprentissage automatique. Si vous souhaitez y accéder, n’hésitez pas à nous contacter en remplissant le formulaire ci-dessous. Nous vous contacterons le plus vite possible.

Merci de nous avoir contactés!

Votre message nous est très important, nous allons donc vous répondre aussi vite que possible.

En attendant, nous vous proposons découvrir nos différentes pages de ressources:

Nous vous souhaitons une bonne journée!