Alternaria

février 17, 2014 admin

À l’extérieur, on trouve généralement l’Alternaria sur les détritus végétaux, les céréales, les herbes et dans le sol. À l’intérieur, on peut le trouver sur les tapis, les papiers peints, les textiles, les cadres de fenêtres et dans l’air.

Cependant, les espèces d’Alternaria peuvent croître sur différents autres substrats à haute teneur en cellulose et ne requièrent pas de grandes quantités d’eau.

Qu’est-ce que l’Alternaria? Est-ce toxique?

Les moisissures du genre Alternaria, dont on dénombre plus de 50 espèces, sont très communes et répandues. Puisque leurs spores sont généralement sèches, elles se dispersent facilement dans l’air. Ainsi, les personnes sensibles peuvent développer des allergies lorsqu’elles y entrent en contact.

Parmi les allergies et les symptômes associés à l’Alternaria, on compte le rhume des foins, l’asthme, « l’alvéolite du travailleur du bois » ou le « poumon du cribleur de pommes de terres ». Les allergies associées à l’Alternaria sont plus fréquentes à l’automne.

L’Alternaria est un phytopathogène et certaines espèces vivent comme parasite sur les plantes vivantes. Il peut produire plusieurs mycotoxines, qui affectent le système respiratoire, la peau et les ongles. Il représente un risque particulier pour les gens avec un système immunitaire affaibli.

On peut déceler la présence d’Alternaria à l’aide d’une analyse de l’air et d’un prélèvement de surface. Toutefois, sans de telles analyses et de tests, on ne peut pas distinguer les spores d’Alternaria des spores de nombreuses espèces d’Ulocladium.