Questions?
By: - Updated: février 7, 2018

Qualité de l’air intérieur: tout ce que vous devriez savoir sur la QAI

La qualité de l'air intérieur - Mold Busters Québec

Étant donné que passons énormément de temps à l’intérieur, à la maison comme au bureau, il est primordial que l’air y soit propre et sain. La qualité de l’air intérieur (QAI) affecte en effet directement notre santé, et donc nos vies.

Si l’air que vous respirez est vicié par des spores de moisissures, du radon, des fibres d’amiante ou tout autre contaminant, votre santé et votre sécurité sont menacées.

Plus encore, il se peut que vous ignoriez que votre maison présente de sérieux problèmes tels qu’une infiltration d’humidité.

Il est donc important de déceler et régler rapidement les problèmes de qualité de l’air intérieur. Si vous habitez dans les régions de Montréal, Gatineau ou Ottawa, appelez les inspecteurs certifiés de Mold Busters, nous vous aiderons immédiatement.

Vidéo: comment améliorer la qualité de l’air intérieur d’une maison ou d’un bureau?

Quelques données sur la qualité de l’air intérieur au Canada

Lorsque nous pensons à l’expression “mauvaise qualité de l’air”, nous faisons généralement référence à l’extérieur, à la pollution par le smog, les gaz d’échappement des voitures et les émissions toxiques des usines. La pollution de l’air extérieur est en effet une épidémie responsable de millions de décès dans le monde chaque année.

Bien qu’on y porte moins attention, la qualité de l’air intérieur est tout aussi inquiétante du point de vue de la santé et de la sécurité. Les Canadiens passent plus de 90 % de leur temps à l’intérieur. Respirer de l’air contaminé peut entraîner toutes sortes d’effets à court et à long terme sur la santé : allergies, asthme, risque accru d’accident vasculaire cérébral et de maladies cardiaques, etc.

Malheureusement, malgré leurs effets sur la santé, la plupart des gens ne se rendent pas compte de la présence d’aérocontaminants dans leur maison. Seulement 1 % des ménages canadiens déclarent que la qualité de leur air intérieur est mauvaise. 5 % des personnes interrogées, par ailleurs, pensent qu’une personne de leur foyer a souffert d’un problème de santé en raison de la mauvaise qualité de l’air intérieur. Selon cette même étude, 13 % des ménages signalent la présence de moisissures dans leur maison.

Dans ce guide, nous traiterons des questions que tout le monde se pose au sujet de la qualité de l’air intérieur. Que sont les polluants atmosphériques ? Pourquoi s’accumulent-ils dans la maison ? Quels effets peuvent avoir une mauvaise qualité de l’air intérieur sur la santé ? Comment savoir si la qualité de l’air est mauvaise et comment y remédier ?

Qui peut être affecté par une mauvaise qualité de l’air intérieur ?

 En savoir plus sur la qualité de l'air intérieur - Mold Busters
Tout le monde peut souffrir des effets néfastes directement liés à une mauvaise qualité de l’air intérieur dans un bâtiment: ses occupants, ceux qui y travaillent, les visiteurs et même les animaux de compagnie. Cependant, les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées sont plus vulnérables. Comme on peut l’imaginer, plus il y a de polluants et plus on y est exposé longtemps, plus il est probable qu’on développe des problèmes de santé. Les personnes qui souffrent de problèmes cardiaques (angine de poitrine, arythmie, hypertension, etc.) ou de troubles respiratoires ou pulmonaires (asthme, bronchopneumopathie chronique obstructive, etc.) sont plus à risque.

Exemples de polluants de l’air intérieur

Pour résumer: n’importe quel gaz, vapeur, particule, contaminant microbien ou substance en suspension dans l’air qui peut avoir des effets néfastes sur la santé est considéré comme un un polluant de l’air intérieur. Santé Canada divise les aérocontaminants en 3 catégories.

Polluants biologiques

  • moisissures
  • champignons
  • pollen (aéroallergènes)
  • acariens
  • bactéries (p. ex. la Legionella)

Polluants chimiques

  • monoxyde de carbone (CO)
  • dioxyde d’azote (NO2)
  • formol
  • amiante
  • ozone
  • plomb
  • particules fines
  • composés organiques volatils (COV), c.-à-d. toute substance qui contient du carbone et qui dégage des gaz à la température ambiante (p. ex., le vernis à ongles, les bombes aérosol et les désodorisants d’air)

Polluants radiologiques

  • radon

Certains des contaminants énumérés ne sont généralement pas présents dans les maisons sauf dans certaines circonstances: une voiture qui tourne au ralenti dans un garage va émettre du monoxyde de carbone, toxique, et d’autres contaminants nocifs.

Les causes d’une mauvaise qualité de l’air intérieur

Selon le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, les sources de contaminants de l’air intérieur les plus communes dans une maison sont:

  • ses occupants (fumée de tabac, parfums, odeurs corporelles, CO2) ;
  • ses matériaux (poussière, gaz, amiante, fibre de verre) ;
  • des nettoyants, solvants, pesticides, etc. (COV, vapeurs toxiques) ;
  • des émissions provenant de tapis, meubles et peintures (gaz, vapeurs, odeurs) ;
  • ses tapis et tissus (acariens) ;
  • ses endroits humides (moisissures, bactéries, champignons) ;
  • les photocopieurs, moteurs électriques, purificateurs d’air (ozone)

Dans une maison, les causes les plus probables sont les émanations de produits chimiques, une ventilation insuffisante et de l’humidité causée par des dégâts d’eau ou une accumulation de condensation.

Comment identifier une mauvaise qualité d’air intérieur?

Un test de la qualité de l’air (aussi appelé analyse de la qualité de l’air ou échantillonnage d’air) permettra d’identifier des polluants tels que l’amiante, les moisissures et les COV présents dans l’air de votre maison. En sachant quels contaminants sont présents et d’où ils proviennent, vous pourrez remédier à vos problèmes d’air intérieur et recommencer à bien respirer.

mauvaise ventilation - Mold Busters

Nous vous recommandons aussi d’effectuer un contrôle annuel de la qualité de l’air dans votre maison pour vous assurer que l’air est toujours sécuritaire.

Améliorer la qualité de votre air intérieur

Les mesures à prendre pour améliorer la qualité de votre air intérieur vont évidemment dépendre de la source du problème. Vous trouverez ci‑dessous quelques conseils pour prévenir les problèmes qui entraînent fréquemment une mauvaise qualité de l’air intérieur.

Gardez votre maison propre

Passez l’aspirateur au moins une fois par semaine afin d’éliminer les allergènes comme le pollen et les squames animales. Utilisez un aspirateur à filtre HEPA et n’oubliez pas de le nettoyer régulièrement. Évitez de laisser s’accumuler de la vaisselle ou des vêtements mouillés. Surveillez vos appareils électroménagers, votre plomberie, vos luminaires, etc. afin de repérer les problèmes comme les fuites d’eau et l’accumulation de poussière aussitôt qu’ils apparaissent afin d’éviter qu’ils empirent.

Contrôlez les niveaux d’humidité

Des taux d’humidité idéaux devraient être compris entre 30 et 50%. Investissez dans un déshumidificateur afin de maintenir votre air intérieur à de bons niveaux; Pour l’été, un climatiseur pourra tout aussi bien faire l’affaire.

Assurez-vous que la ventilation fonctionne correctement

Assurez-vous que les ventilations de votre sécheuse et de votre cuisinière soient fonctionnelles. Utilisez toujours le ventilateur d’extraction lorsque vous cuisinez, utilisez le lave-vaisselle ou vous lavez. Un bon échange et une bonne circulation d’air sont également importants pour maintenir une qualité de l’air optimale dans votre maison.

Réparez les dégâts d’eau

Si de la moisissure s’est développée après un dégât d’eau, faites appel à une entreprise spécialisée en élimination des moisissures. Si le dégât d’eau a été causé par un problème comme une fissure dans la fondation, embauchez une entreprise de réparation de fondations pour sceller la fissure de façon permanente et garder votre sous-sol au sec.

Faites de votre maison une maison sans fumée

La fumée secondaire est mortelle et fumer à l’intérieur peut causer des incendies. Afin de protéger toute la famille, mettez en place une interdiction de fumer à l’intérieur de la maison. Et si vous fumez, parlez à votre médecin d’un plan d’abandon du tabagisme.

Testez la présence de radon

Le radon est un gaz incolore, inodore et cancérigène qui peut s’infiltrer dans votre maison par de petites fissures et ouvertures. Il provient généralement du sol. L’exposition au radon est la deuxième cause de cancer du poumon au Canada. Faites faire une analyse pour déterminer si la concentration de radon dans votre maison est élevée. Si c’est le cas, il faut immédiatement prendre des mesures afin d’éviter les risques supplémentaires pour vous et votre famille.

La qualité de l’air intérieur et votre santé

Vidéo: comment améliorer la qualité de l’air intérieur dans une maison ou un bureau?

Les effets indésirables d’une mauvaise qualité de l’air sont généralement les mêmes qu’il s’agisse de pollution intérieure ou extérieure. Nous allons cependant nous intéresser à la qualité de l’air intérieur.
On retrouve parmi les polluants les plus communs les parfums synthétiques que l’on retrouve dans les produits d’entretien et les produits de beauté (Ahmed, 2018), la fumée secondaire, le radon, le monoxyde de carbone (Baker, 2013), ainsi que de nombreux autres gaz.

Il est important de garder à l’esprit que tous les organismes sont constitués différemment. Vous allez donc pouvoir faire face à des symptômes différents de ceux ressentis par d’autres occupants d’un même bâtiment. La liste de symptômes liés à la pollution n’est donc qu’indicative, ne désignant que les affections les plus courantes. De plus, certains symptômes peuvent passer inaperçus pendant des années.

Les effets d’une mauvaise QAI sur le court terme

Les effets que vous allez ressentir sur le court terme vont dépendre de votre condition générale. La plupart des gens en bonne santé ressentiront des maux de gorge, des yeux irrités, de la fatigue, des vertiges, des migraines, de congestion, éternueront et tousseront plus fréquemment (Bluepoint Environmental, s.d.)

Dans les villes les plus polluées, il a aussi été observé chez certains patients des saignements de nez accompagnés d’un épaississement du sang.

De plus, l’inhalation d’air pollué va causer une constriction des vaisseaux sanguins, y compris chez les patients adultes en bonne santé (Brook et. al. 2002). Les adultes et les enfants souffrant de problèmes cardiaques ou pulmonaires vont pouvoir aussi voir leurs conditions se dégrader, d’où un besoin d’augmenter les doses de leurs traitements (Department for Environmental Food and Rural Affairs, 2013)

Les effets d’une mauvaise QAI sur le long terme

Accordons un instant à ce qui se produit lorsqu’une particule de polluant pénètre dans votre organisme. Les polluants de l’air vont entrer dans nos corps par les poumons, la peau et les yeux. Ces polluants sont ces particules étrangères à notre organisme qui ne peuvent être traitées par ce dernier, particulièrement lorsqu’il s’agit de quantités importantes. Lorsque ces particules sont à l’intérieur de nos corps, elles vont être absorbées par les tissus, passer dans le sang, créer des caillots et boucher nos artères, dégrader notre tissu cérébral et bien plus.Tout ceci est abordé plus en détail dans cet essai.

Les effets sur le cerveau et le système nerveux

Des études scientifiques ont permis d’établir un lien entre les particules nocives et la dégradation de la barrière hémato-encéphalique, la dégénérescence neurologique, la baisse de production de globules blancs, et même certaines maladies dégénératives comme Alzheimer (Lilian Calderon-Garcidueñas et. al., 2002). Une étude de Lilian Calderon-Garcidueñas et. al., de 2002, effectuée sur des animaux a permis de révéler que certains sujets exposés à la pollution présentaient des baisses d’attention et d’activité, accompagnées de perturbation des cycles de sommeil. Un sujet a même présenté des signes de pré-démence. Certains cobayes n’arrivaient plus à reconnaître leurs maîtres.

Les effets sur le système respiratoire et sur le système immunitaire

Les personnes exposées à la pollution de l’air peuvent y développer des “allergies”. En soi, une allergie est simplement une réponse du système immunitaire à une bactérie, un virus, ainsi qu’à d’autres particules considérées comme des menaces. Suite à une exposition sur une longue période, le système immunitaire peut développer une allergie en réponse au particules en suspension dans l’air. Cette réponse peut aussi aggraver d’autres allergies déjà existantes. Tout ceci peut alors causer de l’asthme, ainsi que ces inflammations cellulaires permanentes (Saxon & Diaz-Sanc)

Effets sur le système cardio-vasculaire

Concernant le coeur et les vaisseaux sanguins, les polluants de l’air se déposent en caillots dans nos vaisseaux et vont ainsi accroître le risque d’infarctus d’accidents vasculaires cérébraux (la mort de cellules dues à un manque d’oxygène), et de nombreuses autres affections. La pollution de l’air augmente le risque d’artériosclérose (la formation de plaque dans les artères), provoquant ainsi une augmentation de la tension artérielle et d’autres maladies cardio-vasculaires, ce qui va placer ainsi un patient dans la catégorie “vulnérable”. Ce dernier sera alors plus réactif à des effets tels que l’ischémie, les attaques cardiaques, l’arythmie cardiaque, et ce même suite à une exposition sur le court terme (Brook, R.D. et. al. 2010).

Effets sur le foie et les reins

Les effets des polluants sur le système cardio-vasculaire et les poumons ont été étudiés en profondeur et sont désormais connus avec précision. Cependant, la pollution va aussi avoir des effets sur le foie. Ce sujet a, jusqu’à maintenant, été beaucoup moins abordé par la recherche. Le foie, en effet, nettoie le sang des impuretés, déchets, toxines et autres substances nocives. Il va ainsi filtrer tous les polluants que nous respirons lorsque nous sommes en intérieur. Il relâchera ce que le sang peut conserver, et stockera ce dont il ne pourra rien fair. Certaines études ont pu ainsi établir des liens entre mauvaise qualité de l’air et cancer du foie, fibrose hépatique et cirrhose. (Lutz, 2015).

Cependant, certaines toxines et déchets vont pouvoir rester stockés dans les reins. La pollution de l’air accroît ainsi les risques de maladies chroniques des reins et d’insuffisance rénale (Bowe et.al 2017). Une étude menée par Benjamin Bowe en 2017 a permis de démontrer le lien entre une exposition, même limitée, et des effets indésirables. Le chercheur a pu aussi établir ces mêmes liens entre des concentrations de polluants inférieures aux normes et des maladies des reins.

Les effets sur les yeux

L’oeil est un autre organe délaissé. La pollution de l’air intérieur ou extérieur provoque des sécheresses oculaires (Rebuild Your Vision, s.d.). De plus, bien que cela ne soit pas entièrement démontré, il existerait un lien entre pollution de l’air et altération de la surface oculaire (Torricelli et.al. 2011).

Comment l’accumulation compulsive affecte-t-elle votre qualité d’air intérieur?

effet accumulation compulsive qai
Lorsque l’on pense à l’accumulation compulsive, on s’imagine généralement des empilement de boîtes, de cartons, de journaux jaunis. L’accumulation peut en effet ressembler à ça, mais elle peut aussi être bien plus grave.

Elle peut en effet contribuer à une mauvaise qualité de l’air intérieur (QAI), qui va produire de nombreux problèmes de santé.

Comprendre le problème constitue la première étape de sa prévention. Nous allons donc nous focaliser sur les trois facteurs qui vont faire de l’accumulation compulsive une source de dégradation de la QAI.

  • Elle encourage la croissance de moisissure
  • Elle empêche une bonne ventilation et un bon renouvellement de l’air en bloquant les aérations et ventilateurs
  • Elle crée des problèmes qui, souvent, ne sont pas remarqués sur de longues périodes

Voici quelques un des effets d’une mauvaise QAI sur la santé:

  • Une aggravation de l’asthme
  • Des difficultés respiratoires
  • Des maux de tête
  • Des irritations oculaires, nasales et de la gorge
  • De la fatigue chronique

Si vous faites face à ces symptômes, analysez l’air que vous respirez et réfléchissez à la question suivante: vos habitudes d’accumulation peuvent-elles jouer un rôle dans la qualité de votre air?

Des objets moisis

Si de la moisissure s’est développée sur quelque chose que vous ne pouvez pas éliminer facilement (par exemple une moquette ou une cloison sèche), il est préférable de faire appel à un professionnel en traitement de la moisissure. Si les champignons ont proliféré sur des affaires plus petites, moins importantes (vêtements, cadres de photos, chaussures, etc.), vous pouvez vous contenter de les jeter, ou, en fonction de leur valeur, les faire réparer ou restaurer.

Si vous accumulez de façon compulsive, il vous semblera impossible de vous débarrasser des affaires que vous possédez, même si vous n’en avez plus besoin ou qu’elles n’ont aucune valeur. Des objets moisis, de véritables ordures, ou encore des produits d’hygiène périmés peuvent contribuer à un environnement de vie malsain.

S’il vous avez des affaires moisies dans votre maison, des spores de moisissures vont être relâchés dans l’air intérieur et se répandre dans votre maison, sans que vous ne le réalisiez. Même si vous avez entreposé et enfermé l’objet moisi dans une boite, vous êtes toujours susceptible de respirer les spores qu’il a produit.

Le manque de ventilation

Si des boîtes et cartons sont empilés, alors que d’autres affaires encombrent le reste des pièces de la maison, il devient parfois même difficile de pouvoir se déplacer dans la maison.

L’accumulation devient alors beaucoup plus qu’un inconvénient. Elle constitue un danger, par exemple en cas d’incendie. Ces boîtes, par ailleurs, peuvent bloquer les conduits de ventilation et les fenêtres, ce qui va dégrader la QAI

Quand votre air intérieur n’est pas renouvelé, des polluants, comme par exemple les spores de moisissure noire, les COV, la poussière, etc. vont s’accumuler. Vous devez donc vous assurer de maintenir une ventilation fonctionnelle et suffisante dans toute la maison.

Des problèmes cachés

L’accumulation compulsive peut, par ailleurs, impacter négativement votre qualité de l’air intérieur y compris lorsque vous ne voyez plus les problèmes apparaître. Si vous avez accumulé beaucoup trop d’affaires, vous ne pourrez plus, en effet, voir des fuites, des canalisations défectueuses, etc. qui pourront alors se transformer en problèmes bien plus graves.

Par exemple, si votre fenêtre fuit, mais est bloquée par tout ce que vous avez accumulé, il y a de fortes chances que vous ne puissiez pas découvrir cette fuite dans un délai de 24 à 48h. Passé ce laps de temps, l’humidité qu’elle aura produite, combinée à une bonne température et une source de nourriture organique peuvent constituer un terreau idéal pour la moisissure.

Obtenir de l’aide

Si vous pensez que vos habitudes d’accumulation pourraient impacter la qualité de l’air que vous respirez, faites appel à de l’aide pour réduire le désordre dans votre maison.

La moisissure et la qualité de l’air

Les symptômes décrits dans les paragraphes précédents peuvent, pour la plupart, être liés à la moisissure, l’un des polluants de l’air intérieur les plus courants.

Si l’air que vous respirez contient des niveaux élevés de spores de moisissures, vous pouvez ressentir des symptômes similaires à ceux d’allergies saisonnières, à un rhume, ou même à de l’asthme.

La moisissure est parfois décrite comme un “tueur invisible”, étant donné qu’il est facile d’inhaler de fortes quantités de spores, minuscules, sans même en être conscient. De plus, les spores de moisissure ont tendance à se développer derrière les murs, sous les planchers et à l’intérieur des tapis, la rendant difficile à détecter.

Si rien n’est fait contre elle, la moisissure peut finir par détruire des murs, plafonds et sols entiers, voire même des éléments porteurs d’un bâtiment.

Ne laissez pas ceci se produire chez vous. Faites appel à l’aide d’un professionnel grâce aux inspecteurs certifiés de Mold Busters.

Améliorer la qualité de l’air

Par chance, il est possible de surveiller et d’améliorer votre qualité d’air intérieur, en commençant par effectuer régulièrement des tests de la qualité de l’air dans les pièces les plus utilisées de votre maison ou de votre bureau.

Ces tests de l’air vous permettront de vérifier la présence de moisissure, d’amiante, de radon, de COV, ainsi que de nombreux autres polluants régulièrement retrouvés dans les bâtiments modernes et les environnements intérieurs.

Contactez dès aujourd’hui Mold Busters pour des tests de la qualité de l’air fiables à Montréal, Gatineau et Ottawa.