Questions?
By:
Published: février 12, 2019, Updated:

Différents types de moisissures qui peuvent vous nuire

type de moisissure

Il existe de nombreuses espèces de moisissures, certaines plus dangereuses que d’autres. Apprenez tout sur les familles de moisissures les plus nuisibles pour la santé, et limitez votre exposition dès aujourd’hui.

Notre équipe est en contact chaque jour avec des propriétaires qui ignorent tout de la moisissure, et de comment elle peut leur faire mal, ce qui constitue un excellent sujet pour notre blog.

Cette méconnaissance à propos de la moisissure vient du fait qu’elle impacte les organismes de différentes manières. Certains sont en effet naturellement allergiques à la moisissure, alors que d’autres ne pourront pas combattre les pathogènes qu’elle produit.

Certaines moisissures produisent des toxines mortelles, destinées à tuer les autres organismes pour survivre. Ces moisissures peuvent être divisées en trois catégories.

Les différentes espèces de moisissures qui peuvent vous nuire

Les types de moisissures classées par effet sur la santé

  1. Les moisissures allergènes impactent les personnes qui souffrent de certaines allergies ou d’asthme. Quand une personne allergique à la moisissure va y être exposée, elle va déclencher une réaction hypersensible, au cours de laquelle un nombre excessif de mastocytes va être produit, qui va conduire à une réaction inflammatoire extrême au niveau du système respiratoire. Entre 20 et 30% de la population est sensible à la moisissure et/ou à d’autres allergènes qui peuvent conduire à des réactions comme des rhinites allergiques. La plupart des personnes ne souffrant pas d’allergies ne seront pas affectées par des moisissures allergènes en faible quantité.
  2. Les moisissures pathogènes sont capables de provoquer certaines infections et maladies. La plupart des individus, grâce à leur système immunitaire, seront capables de combattre ces pathogènes. Cependant, ces moisissures sont dangereuses pour les personnes immunodéprimées. C’est d’ailleurs pour cela que les moisissures pathogènes sont considérées comme des pathogènes opportunistes. Le plus souvent, elles vont toucher les enfants en bas âge, les personnes âgées et les personnes au système immunitaire défaillant.
  3. Les moisissures toxiques produisent des mycotoxines, des agents dangereux pour les humains. Contrairement aux moisissures allergènes et pathogènes, les moisissures toxiques affectent intentionnellement les autres organismes. D’ailleurs, certains des agents chimiques les plus mortels sur la planète sont des mycotoxines. On les retrouve à la fois dans la moisissure et dans les spores de moisissures. Les gens peuvent être exposés aux mycotoxines par ingestion, contact cutané et par inhalation. Elles peuvent produire des irritations temporaires, mais aussi des maladies plus sérieuses, en fonction de la personne contaminée.

Quel que soit le type de moisissure auquel vous faites face, il est impératif d’éliminer le problème dès que possible, même si personne n’est (encore) malade. De plus, si vous avez de la moisissure chez vous, il est probable que vous ayez un problème d’humidité, qui conduira à de plus gros problèmes de moisissures.

Protégez-vous et protégez votre famille de la moisissure noire toxique. Si vous suspectez sa présence chez vous, là vous vous vivez et respirez, faites faire rapidement une inspection pour l’éliminer.

Les moisissures toxiques

L’expression “moisissure toxique” et sa signification sont souvent mal interprétées. Selon le CDC (Center for Disease Control), la moisissure que l’on nomme habituellement moisissure toxique n’est, en soi, toxique. Cependant, cette espèce est capable de produire des substances chimiques, des mycotoxines, qui, elles, sont dangereuses pour l’organisme.

Il existe plus de 100 000 espèces de moisissures, d’après les recherches scientifiques. Certaines sont inoffensives, mais d’autres produisent des mycotoxines qui sont si dangereuses qu’elles sont utilisées comme armes chimiques.

Types of Toxic Mold in Ottawa
Il existe de nombreuses espèces de moisissures, certaines plus dangereuses que d’autres. Sur la photo: Stachybotrys, aussi connue sous le nom de moisissure noire toxique

Les moisissures toxiques les plus communes

1. Stachybotrys. Stachybotrys, aussi connue sous le nom de moisissure noire, est l’une des plus dangereuses moisissures toxiques. On peut la retrouver habituellement à l’intérieur d’une maison.
Les mycotoxines qu’elle produit peuvent provoquer des saignements pulmonaires pouvant être fatals chez les animaux et les enfants en bas âge. Le problème de la moisissure noire vient du fait qu’elle est difficile à détecter, car elle se développe derrière les murs et les plafonds, et qu’elle peut échapper à une détection par prélèvement d’échantillon d’air.

Stachybotrys

2. Memnoniella. Memnoniella, une autre espèce de moisissure noire, ressemble à Stachybotrys, et déclenche les mêmes effets. Memnionella est cependant différente de par la manière dont elle relâche ses spores, visibles au microscope.

3. Aspergillus. Aspergillus est grise ou verte, et se forme sur des surfaces en bois. Avec plus de 20 espèces différentes, Aspergillus est dangereuse car elle provoque fréquemment des allergies, qui peuvent déboucher sur de graves réactions asthmatiques, voire même des infections pulmonaires. Chaque espèce de la famille Aspergillus produit des mycotoxines, qui constituent un danger pour la santé, particulièrement pour les sujets immunodéprimés.

Aspergillus

4. Penicillum. Il existe de nombreuses espèces dans la famille Penicillium, certaines bénéfiques, certaines dangereuses. On utilise d’ailleurs des moisissures de la famille Penicillium pour la production de certains fromages et de certains médicaments. Comme d’autres moisissures, cependant, certaines espèces de penicillium peuvent causer des allergies, notamment pour les sujets immunodéprimés.

Penicillium

5. Alternaria. Alternaria est l’une des moisissures toxiques les plus communes, qui se divise en de nombreuses espèces. L’asthme et le rhume des foins sont parmi les affections les plus courantes suite à son contact.

Alternaria

6. Geotrichum. De couleur blanche et de texture poudreuse, Geotrichum est connue pour proliférer rapidement, et pour encourager des affections comme la tuberculose et des infections pulmonaires.

Geotrichum peut se développer dans des conditions d’humidité dans un climat tempéré. Ses spores peuvent facilement se répandre par l’air dans de nouveaux environnements. Il s’agit d’un allergène qui peut aussi provoquer des irritations oculaires, de la fatigue et parfois des maux de tête chroniques.

Geotrichum

7. Trichoderma.Elle aussi blanche, avec des taches vertes, Trichoderma est une moisissure allergène qui se développe essentiellement dans les zones humides. Cette moisissure possède 5 sous espèces, la plupart non pathogènes. Cependant, certaines de ces sous espèces peuvent déclencher des infections du foie ou des poumons.

Trichoderma contient un enzyme létal qui peut détruire certains matériaux de construction comme le bois, le textile et le papier. Lorsque ces matériaux pourrissent, l’intégrité du bâtiment touché peut être remise en question.

Trichoderma

8. Chaetomium.Une autre moisissure allergique, que l’on retrouve souvent dans des cloisons sèches qui ont souffert de dégâts des eaux. Ses spores sont liés à des maladies auto-immunes, certains lésions neurologiques et des réactions allergiques telles que des difficultés respiratoires et des irritations oculaires.

Elle possède une odeur de renfermé, et prolifère dans des environnements moites et sombres, comme par exemple les dessous de tapis et derrière les papiers peints. Chaetomium est souvent confondue avec la moisissure noire, étant donné qu’elles ont les mêmes caractéristiques et qu’elles se retrouvent dans les mêmes environnements.

Chaetomium

9. Bipolaris. Lorsqu’elle croît, bipolaris va progressivement passer d’une teinte blanche/grise/brune au vert olive. D’apparence soyeuse, on va le plus souvent la rencontrer à l’extérieur, dans la terre et sur l’herbe. Elle peut cependant s’inviter à l’intérieur à l’occasion de dégâts des eaux, par exemple sur les tapis, planchers et plantes.

Bipolaris prolifère rapidement, et va arriver à maturation au bout de 5 jours environ. Il s’agit d’un allergène reconnu, qui peut aussi causer de l’asthme, des éternuements, des congestions nasales et des toux en cas d’inhalation.

Bipolaris

10. Ulocladium. De couleur noire, ulocladium se retrouve souvent dans des zones humides et dans des maisons qui ont souffert de dégâts des eaux. Cette espèce de moisissure se retrouve généralement dans une salle de bain, un sous-sol ou une cuisine.

Ulocladium possède deux sous espèces hautement allergènes. On peut la lier à de nombreuses réactions allergiques sévères, comme le rhume des foins et certaines infections cutanées. Une exposition prolongée à ses spores peut provoquer des difficultés respiratoires et des symptômes semblables à l’asthme.

Ulocladium

11. Fusarium. Sa couleur peut varier, du blanc au rouge rosé. Elle peut s’adapter aux basses températures, et va se développer sur la nourriture, le compost, les tapis, les papiers peints, ainsi que suite à des dégâts des eaux.

L’exposition à Fusarium peut provoquer des réactions allergiques, incluant des maux de gorges, des dermatites, des irritations oculaires et un nez qui coule. Une exposition plus longue peut produire des affections bien plus graves, comme un abcès cérébral ou une infection des os. Ses toxines peuvent endommager le système nerveux et provoquer des hémorragies internes.

Fusarium

12. Aureobasidium. Il s’agit là aussi d’une moisissure allergène, qui peut provoquer des infections cutanées et oculaires. Habituellement de couleur rose, brune ou noire, elle brunit avec l’âge.

Cette moisissure va proliférer dans des zones sombres, touchées par un dégât des eaux, par exemple derrière un papier peint, un plancher ou un tapis.

13. Cladosporium. Elle peut survivre et se développer à la fois dans des environnements chauds ou froids. Elle va typiquement se développer dans les tapis, tissus et sous les planchers. Elle est de couleur brune, bien que parfois vert olive, de texture soyeuse.

L’exposition à ses spores peut provoquer une large variété de réactions allergiques, comme par exemple des irritations oculaires, un nez qui coule, des maux de gorge et des infections cutanées. Elle s’associe souvent à de l’asthme, des sinusites et des infections pulmonaires.

14. Ascospores. Cette moisissure va se développer dans des zones moites, par exemple celles endommagées par un dégât des eaux. Il s’agit de l’une des moisissures les plus résistantes. Même après avoir asséché une surface humide, elle peut survivre jusqu’à ce qu’elle retrouve un nouvel environnement favorable à sa croissance.

On la retrouve généralement dans les laboratoires, où elle a pu être amenée par des animaux infectés. Ascopsores se décline en différentes sous espèces, par exemple Dermatophytes, qui est capable de détruire des matériaux à base de kératine comme les ongles et cheveux, ou bien encore Histoplasmacapsulatum, particulièrement résistante à la sécheresse.

15. Basidiospores. Elle se fait transporter par les airs, et se développe par temps humide (la pluie par exemple). Elle prolifère essentiellement à l’extérieur, dans les forêts et jardins, ou à l’intérieur dans des environnements moites. Sa présence à l’intérieur est cependant rare, et fait suite à une contamination par des fenêtres ouvertes, des animaux de compagnie ou des vêtements.

Les Basidiospores sont aussi des allergènes, et peuvent provoquer des réactions telles que l’asthme, le rhume des foins et la lycoperdonose. On peut l’identifier grâce à un échantillonnage de l’air.

Comme vous pouvez le voir, il existe un grand nombre d’espèces courantes de moisissures. Certaines sont dures à nettoyer, d’autres sont compliquées à détecter.

Il est cependant important de trouver et d’identifier toutes les moisissures de votre maison, étant donné qu’elles peuvent menacer votre santé, et celle de votre famille.

La solution la plus sécuritaire et la plus efficace pour détecter la moisissure reste de faire appel à un inspecteur professionnel qui viendra visiter votre maison et procèdera à un test de moisissure.

Les types de moisissures par couleur

  1. Moisissures noires: Il s’agit d’un terme générique utilisé pour faire référence à des espèces de moisissures de couleur sombre, vertes, grises ou noires. Elles prolifèrent dans des environnements moites et chauds, par exemple les cuisines, sous-sols, douches, toilettes et baignoires. La plupart des moisissures noires relâchent des toxines qui peuvent provoquer des allergies, telles que des irritations oculaires, cutanées, des congestions nasales, des éternuements et des toux. On peut aussi noter parfois des symptômes plus sérieux, comme de l’épuisement, des maux de tête, de la fièvre et des difficultés respiratoires
  2. Moisissures blanches: Elles prolifèrent généralement dans des zones endommagées par l’eau, à l’intérieur des maisons. Elles incluent les espèces Aspergillus, Penicillium et Cladosporium. Ces moisissures sont généralement de couleur blanche par elles ne sont pas pigmentées. Il s’agit là d’un résultat qui provient du type de matériaux sur lequel elles se développent. Les moisissures noires sont essentiellement poudreuses, et difficiles à détecter car elles vont se fondre dans le matériau sur lequel elles se développent.
  3. Moisissure jaune: Certaines d’entre elles produisent une teinte jaune, par exemple Aspergillus, Serpula Lacrymans et Meruliporia. Elles prolifèrent essentiellement sur des surfaces en bois, sur de la nourriture, sur les murs, dans les salles de bains et sur les carrelages. Bien qu’elles ne posent pas de risque particulier pour des adultes en bonne santé, elles peuvent affecter les enfants et les personnes immunodéprimées et/ou souffrant de problèmes respiratoires
  4. Moisissure verte: il existe des milliers d’espèces de couleur verte, la plupart dangereuses pour la santé. Aspergillus, Cladosporium et Penicillium sont parmi les plus courantes. Leur couleur vient généralement du matériau sur lequel elles se développent, le climat et/ou la région où elles se trouvent. Les moisissures vertes produisent des mycotoxines, et constituent généralement un danger pour la santé. Tout comme les autres types de moisissures, elles sont allergènes, et peuvent déclencher des irritations oculaires ou cutanées, des éternuements et de la toux.
  5. Moisissure orange: quand une moisissure orange commence son développement, elle va former de petits points, qui vont devenir orange à maturation. On peut les retrouver généralement dans des zones moites et humides, comme les toilettes ou les salles de bain. Elles peuvent aussi proliférer sur du bois ou de la nourriture, comme par exemple le fromage, le yaourt et le pain. La moisissure orange est généralement inoffensive pour la santé, mais elle peut causer des dommages significatifs sur la structure de votre maison, et faire pourrir de la nourriture.
  6. Moisissure marron: elles vont ressembler à des taches noires sur des surfaces telles que du carrelage ou plancher. On retrouve parmi les plus courantes Pithomyces, Chartarum, Aureobasidium et Stemonitis. Elles ne sont pas spécialement dangereuses pour la santé, mais elles peuvent là aussi endommager structure de votre maison, tout en affectant les personnes asthmatiques ou allergiques.

Comme nous pouvons le voir, de nombreux types de moisissures peuvent prendre différentes couleurs, tout en déclenchant des réactions allergiques très variées.

Bien que certaines espèces soient faciles à identifier et éliminer, d’autres nécessitent l’aide d’experts en traitement de la moisissure, afin de limiter les risques d’infection.