Questions?

Qualité de l’air dans les écoles : votre enfant pourrait être à risque

Comments 0 
| 2014 Avr 23 |
 Author 
Qualité de l’air dans les écoles : votre enfant pourrait être à risque

Une bonne qualité de l’air intérieur (QAI) dans les écoles est nécessaire pour protéger la santé de nos enfants et leur capacité à apprendre, grandir et se développer en tant qu’individus.

Malheureusement, de nos jours, plusieurs polluants de l’air intérieur, tels que l’amiante, la moisissure, les composés organiques volatils (COV) et le monoxyde de carbone, mettent en péril la santé et la sécurité de nos enfants.

De plus, la concentration de polluants de l’air à l’intérieur est bien plus élevée qu’avant. Ceci est dû à plusieurs facteurs dont les suivants :

  • construction de bâtiments plus étanches
  • mauvaise ventilation et problèmes avec les systèmes de chauffage, ventilation et climatisation
  • tapis dans les salles de classe
  • gaz se dégageant des matériaux de construction et des meubles synthétiques
  • gaz se dégageant des produits de nettoyage chimiques
  • détérioration des bâtiments
  • classes trop bondées
  • ressources pour l’entretien de l’école réduites

Comment est-ce que tout cela amène des problèmes? Lisez ce qui suit pour le savoir.

Comment la mauvaise qualité de l’air intérieur affecte la santé des enfants?

Bien qu’une mauvaise qualité de l’air affecte tout le monde, les enfants sont plus sensibles aux substances toxiques et sont donc hautement vulnérables.

En gros, leur corps grandit encore rapidement, leur système immunitaire se développe encore et, puisque leur zone de respiration est plus près du sol que celle des adultes, ils ont plus de risques de respirer des produits chimiques, de la poussière, des spores de moisissure et d’autres particules.

Les enfants exposés à des polluants de l’air intérieur présentent souvent des symptômes non spécifiques plutôt que des maladies bien définies. Votre enfant pourrait être à risque s’il ou elle présente l’un des symptômes suivants :

  • maux de tête
  • épuisement
  • essoufflement
  • congestion nasale
  • toux et éternuements
  • démangeaisons oculaires et larmoiement
  • nez et gorge irrités
  • éruptions cutanées et peau irritée
  • étourdissements et nausée
  • incapacité à se concentrer et hyperactivité
  • perte de mémoire à court terme

Afin que vos enfants soient en sécurité à l’école et à la maison, l’air intérieur doit être frais et propre. Pour vous en assurer, le mieux est d’effectuer une analyse de la qualité de l’air.

D’où proviennent les polluants de l’air intérieur?

Les polluants de l’air intérieur peuvent provenir de l’intérieur de l’école (ex. : formol et autres COV provenant de gaz produits par les meubles, la peinture, etc.) ou de l’extérieur (ex. : moisissure, pollen). Dans tous les cas, ils peuvent entraîner une mauvaise qualité de l’air intérieur, ce qui affecte non seulement les élèves, mais aussi les professeurs, le personnel administratif et les gardiens.

L’amiante

Plusieurs écoles ont été construites alors que l’utilisation de l’’amiante battait son plein en construction. De l’amiante se trouve donc dans plusieurs matériaux de construction communément utilisés dans les écoles, dont les tuiles de plafond, les carreaux de plancher, les cloisons sèches, l’équipement de chauffage et de climatisation et l’isolant de conduits.

Si les fibres d’amiante se retrouvaient dans l’air, les élèves, professeurs et autres membres du personnel risqueraient d’être exposés à de l’amiante puisque les fibres sont minuscules et se respirent facilement.

L’exposition à l’amiante peut occasionner des dommages permanents aux poumons et à d’autres organes. Elle peut aussi provoquer des maladies mortelles comme le mésothéliome, l’amiantose et même le cancer des poumons.

Les composés organiques volatils

Les matériaux synthétiques présents dans plusieurs matériaux de construction, meubles, tissus, textiles et tapis se décomposent souvent à la température ambiante et émettent des COV, tels que du formol, dans l’air. Ces matériaux abritent des irritants et des allergènes, ce qui détériore encore plus la qualité de l’air intérieur dans les écoles.

Le tapis, par exemple, émet des COV et, qui plus est, d’autres contaminants, comme de la moisissure et de la poussière, s’y accumulent. Toutes ces substances déclenchent des réactions allergiques et augmentent les risques d’asthme chez les enfants.

Il a été prouvé que les COV causent d’autres symptômes des voies respiratoires supérieures, ainsi que des maux de tête, des irritations oculaires et plusieurs autres symptômes collectivement connus sous le nom de syndrome du bâtiment malsain.

La moisissure

Les contaminants microbiens tels que les champignons et la moisissure (qui prolifèrent tous dans un environnement chaud et humide) peuvent causer des problèmes de santé sérieux lorsqu’ils sont présents en grande quantité à l’intérieur.

En fait, la moisissure est un problème important pour les écoles puisqu’il est bien connu qu’elle a des effets négatifs sur la santé des enfants et des adultes.

Les symptômes incluent généralement maux de tête, étourdissements, respiration difficile, toux, éternuements et autres symptômes s’apparentant à ceux d’allergies. Ils sont souvent plus prévalents au printemps, mais une exposition à la moisissure prolongée peut aussi causer des effets à long terme, dont des dommages neurologiques et des maladies respiratoires sérieuses.

Ce que vous pouvez faire

Bien que les études indiquent que la qualité de l’air intérieur dans plusieurs écoles n’est pas particulièrement saine, il existe des façons d’améliorer la QAI. On peut, par exemple, effectuer des analyses de la qualité de l’air régulières. On pourra ainsi vérifier la présence de moisissure, spores de champignons, COV, amiante, bactéries et autres contaminants.